lecture 4 saisons

Littérature | Les saisons en 4 poèmes

Les quatre saisons en poésie

En cette période hivernale, pourquoi ne pas se remettre à la poésie ? Nous allons vous présenter 4 poèmes relatifs aux saisons.

La nature, les saisons et le temps qui passe sont, en effet, des thèmes très appréciés par les poètes.

Quelle est votre saison préférée ? Dites-le nous en laissant un commentaire.

Au sommaire :

  • Victor Hugo, Dernière gerbe
  • Printemps oublié, extrait de Stances et poèmes
  • Toile d’hiver, d’Élodie Santos
  • L’automne, extrait de Métaphores de cycles

•••

Victor Hugo, Dernière gerbe

victor hugo

Voici que la saison décline,
L’ombre grandit, l’azur décroît,
Le vent fraîchit sur la colline,
L’oiseau frissonne, l’herbe a froid.

Août contre septembre lutte ;
L’océan n’a plus d’alcyon ;
Chaque jour perd une minute,
Chaque aurore pleure un rayon.

La mouche, comme prise au piège,
Est immobile à mon plafond ;
Et comme un blanc flocon de neige,
Petit à petit, l’été fond.

Victor Hugo, Dernière gerbe

Printemps oublié de René-François Sully Prudhomme, extrait de Stances et poèmes

Ce beau printemps qui vient de naître
A peine goûté va finir ;
Nul de nous n’en fera connaître
La grâce aux peuples à venir.

Nous n’osons plus parler des roses :
Quand nous les chantons, on en rit ;
Car des plus adorables choses
Le culte est si vieux qu’il périt.

Les premiers amants de la terre
Ont célébré Mai sans retour,
Et les derniers doivent se taire,
Plus nouveaux que leur propre amour.

Rien de cette saison fragile
Ne sera sauvé dans nos vers,
Et les cytises de Virgile
Ont embaumé tout l’univers.

Ah ! frustrés par les anciens hommes,
Nous sentons le regret jaloux
Qu’ils aient été ce que nous sommes,
Qu’ils aient eu nos coeurs avant nous.

René-François Sully Prudhomme

Toile d’hiver d’Élodie Santos

La neige est si belle sur les arbres
lorsque s’empilent petit à petit
tous les flocons qui tombent du ciel

Tout est blanc et couleur d’écorce
et quelques oiseaux qui brillent comme des étoiles
au milieu de ce ciel de jour où le bleu est parti

Un rouge-gorge
Une mésange
Orange
virevoltent autour de la mangeoire

Et le grand pré est si blanc
Blanc
Comme une toile moelleuse
Comme une toile d’Hiver
Où les couleurs de vie
ne partiront jamais

Élodie Santos

L’automne : Extrait de Métaphores des cycles

métaphores des cycles

Oh toi ! Couronne de bois sensible et ambrée,

Amarantes préparant de nouveaux départs,

Faux adieux annonçant la fraîcheur des glaciers,

Pour toi la nature lève ses derniers remparts.

Sur toi la faune calcule ses provisions,

Et je divague en longeant tes passages,

Sentiers bien trop pressés d’être en hibernation,

Un air de safran caressant les feuillages.

Contre tes beaux jours la nature soupire,

Alizé chauffé par la saveur d’automne.

L’amant déposant un tout dernier sourire,

À une muse que le destin braconne.

Lubin Oriana, Métaphores des cycles

 

•••

 

Que pensez-vous des auteurs qui puisent leur inspiration dans la nature ? Besoin de découvrir d’autres sources d’inspiration ? Par ici.

Aimez-vous la poésie ? Qui est votre auteur préféré ?

 

À bientôt sur le blog. 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.