Enquête sur la crise de la presse papier en France

Le numérique est-il le seul responsable de la chute des ventes ?

« La radio est déjà un vieux média. Comme la presse écrite, son aînée. Comme aussi, déjà, la télévision, passée aujourd’hui au stade industriel. » disait Jean-Marie Cavada, l’ancien président de Radio-France, dans Les dossiers de l’audiovisuel.

En effet, depuis plusieurs années, le secteur de la presse est en crise en partout en France. D’ailleurs les Caraïbes sont également touchées par la baisse de l’attrait des lecteurs pour les bons vieux canards. Par exemple, en Guadeloupe comme en Martinique, le célèbre quotidien France-Antilles est sur le point de fermer boutique, faute d’acheteurs et de repreneurs .

Les supports papiers sont-ils devenus désuets ? L’arrivée d’internet et des réseaux sociaux est-elle l’unique cause de la mort prématurée des journaux en France ?

Découvrons ensemble les origines du déclin de la presse papier française, les secteurs concernés et les solutions proposées pour y remédier.

Au sommaire :

  1. Les grandes causes du déclin de la presse papier en France
  2. Les secteurs concernés et épargnés par la crise
  3. Les solutions adoptées par les organismes de presse français

Les grandes causes du déclin de la presse papier  

Focus en 5 axes sur les sources du déclin de la presse papier :

  • La démocratisation de la télévision et de la radio

En 1937, quelques privilégiés français bénéficient déjà de leur propre poste. Mais c’est à la fin des années 70 que 9 foyers sur 10 possèdent une télévision. Le « nouveau » support devient un média de masse. La radio quant à elle ne s’est détachée de l’influence de l’État qu’en 1981 sous la présidence de François Mitterrand. Cela marqua l’arrivée de chaînes indépendantes et l’augmentation de l’audience.

Et la presse dans tout ça ?

Durant les années 50, l’utilisation combinée de la télévision et de la radio provoqua la chute des ventes de journaux et donc la première « crise de la presse papier ».

  • La dépendance du secteur de la presse à l’égard des subventions et des aides publiques

Les quotidiens locaux et les hebdomadaires régionaux ont un chiffre d’affaire fortement impacté par les aides et les subventions publiques qu’ils reçoivent.

Une étude à ce sujet avait déjà été menée par le New-York Times et dénonçait également les rapports financiers étroits entre les organismes de presse et le milieu politique.

  • Le rejet du support papier par les acheteurs

« Le journal encombre mon sac contrairement à mon téléphone. » nous répond une abonnée lorsque nous lui demandons si elle achète des journaux ou des magazines en kiosque.

En effet, la transition numérique est aujourd’hui un enjeu de survie pour la majorité des journaux français et étrangers.

  • L’importance des coûts d’édition et de distribution des journaux
L’impression de 10 000 exemplaires de 80 pages coûterait en moyenne 13 920€00 TTC.

« La structure du coût d’une presse quotidienne imprimée est très lourde ou plus lourde que celle que nous avons sur le numérique qui nous a permis de démultiplier nos contenus. » soulignait déjà le directeur de Mediapart en 2015.

  • Un accès illimité et gratuit à l’information proposé sur internet

Pourquoi s’encombrer d’un journal alors qu’un accès à l’information illimité s’offre à nous sur nos mobiles et tablettes ? C’est une problématique souvent évoquée par les lecteurs qui sont de plus en plus friands d’informations en temps réel.

Ce-dernier axe permet de souligner que la crise de la presse ne concerne pas tous les types de journaux.

Les secteurs concernés et épargnés par la crise en France

Tous les domaines de la presse ne sont pas touchés de la même manière. En réalité, deux secteurs principaux sont en danger alors que d’autres sont en plein développement.

La presse quotidienne régionale et locale touchée de plein fouet par la crise

Les magazines et les journaux locaux et régionaux sont les principaux secteurs touchés par l’érosion de la presse écrite. Par exemple, entre 1997 et 2003, les quotidiens parisiens ont perdu près de 800 000 lecteurs.

Source : DGMIC

Les journaux nationaux et certains magazines spécialisés en plein essor

Selon une étude menée par l’ACPM en 2016, le quotidien français Le Monde toucherait chaque mois presque 20.6 millions de lecteurs. Un exemple de réussite dans un milieu en difficulté, mais ce n’est pas le seul.

En effet, nous connaissons tous le site web marmiton.org, nous y trouvons régulièrement des recettes de cuisine rapides et faciles à exécuter. Fort de son succès sur la toile, différentes recettes du site web sont aujourd’hui répertoriées dans un magazine bimestriel officiel de plus en plus populaire.

Comment ces institutions sont-elles restées dans les habitudes du lectorat ?

Les solutions adoptées par les organismes de presse

Une réduction des formats et une déclinaison des formes

Un design contemporain, une taille réduite, des textes aérés… La presse papier a vraiment changé avec Le 1, hebdomadaire à la taille atypique lancé en 2014 par Éric Fottorino.

– La transition numérique pour regagner les cœurs des lecteurs

Le Figaro, Le Monde, Le Nouvel Obs et bien d’autres journaux se sont rapidement adaptées à l’arrivée du digital.

En créant des plateformes d’information connectées, des applications et même des chaînes YouTube, ils ont repensé leurs façons de transmettre l’information en s’adaptant aux nouvelles habitudes des lecteurs.

 Par ici pour en savoir plus au sujet de la dématérialisation des journaux :

Source : La quotidienne

•••

Le numérique, bien qu’il soit en partie responsable de la chute du lectorat de certains journaux locaux et régionaux, n’est pas le seul facteur de l’érosion du secteur de la presse papier.

Cette crise permet aussi de constater les différences de ressources entre les organismes de presse connus et financés à grande échelle et les autres types de journaux payants concurrencés par la gratuité des sites internet d’information.

Regardez-vous les actualités ? Sur quel(s) support(s) ? Pensez-vous que la presse papier soit vouée à disparaître ? 

 

À bientôt sur le blog.

Publicités

2 réflexions au sujet de “Enquête sur la crise de la presse papier en France”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.