Les liaisons dangereuses : Les raisons du scandale

Un roman libertin face à la critique

Sous-titré Lettres recueillies dans une société et publiées pour l’instruction de quelques autres, ce roman épistolaire composé de 175 lettres a été publié à la fin du XVIIIe siècle.

L’œuvre libertine suscita l’indignation lors de sa sortie en 1782. Elle fut rédigée par Pierre Choderlos de Laclos (1741-1803), un auteur français officier de carrière.

•••

Résumé

Le comte de Gercourt vient de quitter la marquise de Merteuil. Cette-dernière, blessée, apprend qu’il s’intéresse déjà à la jeune et candide Cécile de Volanges. La douleur étant trop grande, elle imagine alors une vengeance terrible. Elle propose une mission à son ancien amant, le Vicomte de Valmont…
Celui-ci devra, en bon libertin, séduire et corrompre la belle Cécile. Joueur, Valmont accepte. Cependant, la tâche sera contrariée par son intérêt grandissant pour la présidente de Tourvel, une autre femme réputée pour sa morale et pour sa droiture.

Souhaitez-vous redécouvrir ce classique de la littérature ? Par ici :

•••

Ode ou critique du libertinage ? La polémique autour de cet ouvrage est-elle justifiée ? 

Découvrons ensemble les critiques infligées à cette œuvre ainsi que les réelles intentions de son auteur.

Un roman épistolaire à la moralité douteuse

« Un roman dont la morale est équivoque est un poison bien dangereux […]. » disait Jacques Pierre Brissot en 1784 au sujet de ce roman épistolaire.
À la sortie du livre polémique, Marie Jeanne Riccoboni, comédienne et romancière française, écrit à Choderlos de Laclos :

« Un homme extrêmement pervers est aussi rare dans la société qu’un homme extrêmement vertueux. On n’a pas besoin de prévenir contre les crimes, tout le monde en conçoit de l’horreur, mais des règles de conduite seront toujours nécessaires, et ce sera toujours un mérite d’en donner. Vous avez tant de facilité, monsieur, un style si aimable, pourquoi ne pas les employer à présenter des caractères que l’on désire d’imiter ? ».

L’abondance de témoignages de ce type prouve que les héros présentés dans l’œuvre furent associés à la personne même de l’auteur.

D’ailleurs, au XIXe siècle, le livre subira la censure en Espagne et sera condamné quatre fois en France pour outrage aux bonnes mœurs et incitation à la dépravation.

Pourtant le message de l’auteur se voulait tout autre. Loin de faire l’éloge du libertinage, il critiquait, au contraire, le mode de vie décadent de l’aristocratie.

Le véritable message délivré par Choderlos de Laclos

Choderlos de Laclos s’ancre finalement dans la tendance moralisatrice des auteurs du siècle des Lumières.

Dans sa préface, le romancier choisit de citer Jean-Jacques Rousseau :

« J’ai vu les mœurs de mon temps et j’ai publié ces lettres. » (Rousseau, La Nouvelle Héloïse).

Le rapporteur de ces correspondances sulfureuses avait en fait pour ambition de dépeindre les mœurs des hauts dignitaires de son époque. Il tenta, pour y parvenir, de représenter les rapports de pouvoir qui régissaient les relations sociales de son temps (argent, sexualité, religion…).

En accord avec ses principes féministes, il dénonça aussi, à travers Les liaisons dangereuses, les failles dans l’éducation des jeunes filles au XVIIIe siècle. Cette thématique, il l’avait déjà développé dans son traité sur l’éducation des femmes resté inachevé.

Saviez-vous que les pages provocantes de Choderlos de Laclos créent encore la polémique à cause du caractère séduisant conféré à Valmont, personnage jugé hautement pervers ?

•••

Aujourd’hui, le thème audacieux de ce roman épistolaire est encore sujet à débat. Des parents d’élèves conservateurs, considèrent en effet que les comportements décrits représentent un risque pour la préservation de l’intégrité morale de leurs enfants.

Et vous ? Pour ou contre la découverte des Liaisons dangereuses au lycée ?

COMMENTLIKESHARE

À bientôt sur le blog.

Publicités

7 réflexions au sujet de “Les liaisons dangereuses : Les raisons du scandale”

  1. ça ne me dérangerait pas que ce roman soit découvert au lycée vu que les ados (voire presque adultes pour certains) ont des mentalités déjà bien « avancées »et ne seraient certainement pas choqués vu les mentalités actuelles.
    Quand j’ai moi-même lu ce roman, je ne devais pas avoir 20 ans.

  2. Un de mes romans épistolaires préférés (qui est au programme de la classe de première mais c’est l’enseignant qui fait ses choix pour le bac de français!). Je suis évidemment « POUR » la découverte de ce roman au lycée (on peut, de plus, travailler sur le film de Frears en même temps). Certes, il s’agit d’un roman libertin mais la « morale » de l’histoire est très claire qu’il s’agisse du destin de la marquise de Merteuil ou de celle de Valmont… un ado comprendrait bien! De plus, le « féminisme » de l’œuvre fait partie de l’ouverture prônée par le siècle des Lumières : le plaisir et le libertinage prôné par Merteuil est une recherche de la connaissance et du savoir avant tout (connaissances réservées aux hommes depuis toujours)…

  3. J’apprécie cet article comme effectivement une ouverture pédagogique intéressante sur bien des dimensions de la relation au Monde et à la vie sociale la plus intime, jusqu’à la plus collective. Belle étude oui, comme dit par « tortue », tant du féminin que de la perversité. Les entrées sont multiples et les traitement cinématographiques tous très intéressants sauf une tentative ratée à mon sens d’un réalisateur (Vadim) qui a tenté d’en faire une fable contemporaine. En tous cas, oui, Sublime exégèse de la perversité avec un féminin exalté et sublimé.
    En complément, lire « de l’éducation des femmes »…dont j’ai porté, fut un temps de nombreux extraits sur un de mes blogs….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.