L’art du « slashing »

À la découverte des slashers

Depuis les années 2000, l’accès à l’emploi s’est transformé. Il est reconnu que la majorité du public sera amenée à changer de travail en moyenne 6 fois dans une vie.

Plus subtile, la pratique du slashing concerne des professionnels aux compétences multiples. En effet, il est devenu de plus en plus courant de cumuler les jobs. Ces travailleurs multi-casquettes ont souvent des emplois totalement différents au cours de la même période. Et pas toujours à des fins alimentaires.

Par rapport à l’évolution du marché du travail, avoir plusieurs métiers est devenu plutôt banal.

Alors… Quel type de slasher êtes-vous ?

  • L’intellectuel
  • Le sportif
  • L’artiste
  • L’entrepreneur
  • Le bricoleur

tie-690084_960_720.jpg

L’intellectuel

Il existe deux catégories de slashers intellectuels :

  • Celui qui cumule un emploi alimentaire et un emploi consacré à l’écriture ou à la recherche.

Exemple : un individu qui est à la fois serveur et journaliste à la pige.

Exemple : Un enseignant en philosophie qui serait également conférencier et plume politique.

Le sportif

La majorité des sportifs de haut niveau ne vivent pas uniquement de leur talent et de leur force.

Plusieurs avaient entamé le sport et les compétitions depuis leur plus jeune âge et n’ont pas arrêté pour autant leurs études.

Par exemple, Teddy Riner, judoka guadeloupéen sacré champion du monde un nombre incalculable de fois, a également des obligations professionnelles dues à son cursus en science politique.

karate-2578819_960_720.jpg

L’artiste

En 2019, il est encore difficile de vivre pleinement de son art si on n’a pas un répertoire bien garni.

C’est pour cette raison que les peintres/chanteurs/auteurs qui débutent dans cet univers sont souvent obligés d’avoir plusieurs métiers avant d’être connus.

D’ailleurs, ils sont tout aussi nombreux à devoir scinder leurs emplois du temps entre leurs études, leurs jobs de survie et leur art.

L’entrepreneur

Le chef d’entreprise est celui qui vend à la fois un savoir-faire et une plus-value à son public cible.

Mais avant d’en arriver là, la majorité a dû avoir un travail alimentaire. Ne serait-ce que le temps de la création de l’entreprise.

Dans d’autres cas, de plus en plus fréquents, des entrepreneurs à succès décident d’élargir leur clientèle ainsi que leurs gains en ouvrant différents business qui n’ont parfois rien à voir les uns avec les autres.

entrepreneur-2326419_960_720.jpg

Le bricoleur

Vous êtes comptable et vous avez un don pour la menuiserie ?
Vous êtes hôtesse de l’air mais aussi créatrice de bijoux ?

Si ces spécificités vous concernent, vous êtes très certainement un slasher !

En effet, il est très commun que des personnes vendent leurs productions artisanales pour arrondir leurs fins de mois. Pour le faire, elles vont sur les marchés ou créent directement leur propre boutique en ligne.  Intéressant non ?

conclusion article image.png

Pour conclure, soulignons que le fait de « slasher » ne se fait pas forcément par manque d’argent. Ces travailleurs sont généralement motivés par une passion bien spécifique. D’autres plus rares, sont stimulés par un véritable besoin d’aider les autres.

Enfin, ajoutons qu’il existe bien d’autres types de travailleurs à compétences multiples. À ce titre, n’est-on pas nous-mêmes tous un peu dans ce cas à l’heure actuelle ?

Avez-vous aimé cet article ? Alors dites-nous quel genre de slasher vous êtes.

 

À bientôt sur le blog.

4 réflexions au sujet de “L’art du « slashing »”

  1. En France ce n’est pas encore très répandu alors que dans les pays anglo-saxon tel l Australie si tu n as pas changé au moins 4 fois de job tu sembles bizarre. Les mentalités évoluent. On s’adapte et on stimule son cerveau.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.